LES FILTRES SOLAIRES

Que sont-ils ?

Les filtres solaires sont des ingrédients indispensables qui protègent la peau des effets nocifs du soleil et préviennent les risques de cancer de la peau comme le mélanome ainsi que les coups de soleil, le vieillissement prématuré de la peau, ou encore l’apparition de tâches.
Les filtres organiques absorbent les rayons UVA et UVB, tandis que les filtres minéraux réfléchissent surtout les UVB et peu les UVA.
Chaque filtre solaire assure une protection qui lui est propre, c'est pourquoi les crèmes solaires ou de photo-protection quotidienne (crème de jour avec indice de protection) sont le plus souvent composés d'une association de filtres pour garantir la protection la plus adaptée.

crème

Pour les retrouver dans les produits, ils figurent sur la liste d’ingrédients sur le packaging notamment sous les noms « drometrizol trisiloxane = Mexoryl XL », « octocrylene », « bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine = Tinosorb S » (filtres organiques), « titanium dioxide », « zinc oxide » (filtres minéraux).

D’où proviennent-ils ?

Les filtres solaires sont constitués de composés minéraux (issus de roches qui réfléchissent les rayons UV) ou organiques transformés (issus du carbone qui absorbe les rayons UV).

Pourquoi sont-ils utilisés ?

Les filtres solaires sont notamment utilisés dans les produits solaires et de soin pour protéger la peau des effets nocifs du soleil :

sun filter
  • Les filtres solaires préviennent les risques de cancer de la peau, en protégeant la peau des rayonnements UVA et UVB

  • Ils protègent des réactions cutanées et des coups de soleil

  • Ils protègent la peau du vieillissement prématuré en empêchant les UVA de pénétrer plus profondément dans la peau

Pourquoi sont-ils questionnés ?

Certains filtres organiques sont accusés de provoquer des allergies, d’autres sont pointés du doigt comme perturbateurs endocriniens. Les filtres minéraux, quand ils sont sous forme nanométrique, sont suspectés de franchir les barrières biologiques (muqueuses, peau), de se diffuser dans l’organisme et de provoquer certains types de cancers. Enfin, les filtres solaires sont parfois accusés d’avoir un impact sur l’environnement et notamment de contribuer au blanchissement des coraux.

Les faits :

●    Les filtres solaires ne sont pas des perturbateurs endocriniens selon la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé, dont le rôle est de diriger et de coordonner la santé mondiale au sein des Nations Unies.

●    Sous forme nanométrique, ils sont sûrs, comme l’a confirmé le Comité Scientifique pour la Sécurité des Consommateurs (CSSC) de la Commission Européenne, et ne traversent pas la barrière cutanée.

●    Enfin, selon la communauté scientifique, ils ne contribuent pas au blanchissement des récifs coralliens. Celui-ci est principalement dû à la hausse de la température des océans liée au réchauffement climatique. Les causes secondaires sont la surpêche, la mauvaise épuration des effluents urbains ou encore le ruissellement des eaux sur des surfaces agricoles qui polluent les lagons.

Quels usages dans nos produits ?

  • Nous utilisons des filtres solaires dans des produits dans lesquels ils sont nécessaires pour protéger la peau contre les effets nocifs du soleil (cancer de la peau, coups de soleil, vieillissement prématuré de la peau, apparition de tâches).

    Une application régulière de crème solaire permet de maintenir les effets des filtres solaires sur la peau. Nous développons ainsi des textures et modes d’application (sprays, brumes…) qui engagent les consommateurs à les utiliser et à les ré-appliquer aussi souvent que nécessaire. 

  • Nous choisissons toujours une combinaison et une quantité de filtres assurant à la fois une protection et une tolérance optimales, associées à un impact environnemental minimal.

    Comme pour l’ensemble de nos produits, nous évaluons systématiquement leur qualité et leur profil sécurité pour l’Homme mais aussi pour l’environnement avant leur commercialisation.

  • Depuis plus de 20 ans, notre laboratoire de recherche environnementale travaille à comprendre et toujours améliorer l’impact de nos produits solaires sur l’environnement aquatique.

    Pour bénéficier des dernières avancées scientifiques, nous collaborons avec des équipes de recherche d’excellence tels que le Centre scientifique de Monaco, le Criobe et la Fondation Tara. A ce sujet, le centre scientifique de Monaco et L’Oréal Recherche & Innovation ont récemment publié leurs travaux sur l'absence d'effet néfaste de filtres UV sur l'activité photosynthétique des coraux.

Autres ingrédients